La chute de l’homme blanc

A l’hiver 2018, je passe plusieurs mois en studio, avec des hommes, à me questionner avec eux sur cette assignation des hommes à la puissance…Je les interroge avant de les prendre en photo. S’en suivent des conversations photographiques, qui ont donné lieu à une exposition en décembre 2018.

« Révéler la puissance du féminin, ce n’est pas qu’une histoire de femmes ! Et ce n’est surtout pas une histoire de genre.
Je crois qu’il est temps de faire des liens, des ponts.
Il est temps je crois de bousculer les assignations à être homme ou femme

#stopgenderstereotypes


La 🌍 a besoin du féminin : de l'intuition, de la création. A travers #lachutedelhommeblanc j’ai tenté d’écouter ce que les hommes ont à dire sur leur féminin à eux. Leur part de sensible, d’enterré, ce qu’ils n’osent pas livrer et puis ce qu’on leur a demander d’être : fort, solide, stable PUISSANT etc.... J'ai donc choisi de créer un espace sombre, confortable et sécurisant pour les hommes dans mon studio.
Je leur dit que cette séance est un moment pour eux, à l'abri, hors de ce qu'ils sont censés faire ou de ce que l'on attend d'eux.
Et je commence par leur lire cette citation de Marion Woodman « Votre présence est pouvoir. Ce n’est pas un pouvoir sur quelqu’un d’autre. C’est simplement l’expression de qui vous êtes. Le pouvoir, dans le sens d’exercer un contrôle sur autrui, diffère de cette présence toute personnelle. L’amour est le véritable pouvoir.»


J'observe comment cela résonne en eux. Et puis, je leur pose la question: que signifie pour vous, être puissant ? Et là, je regarde les carapaces tomber et le silence se faire.

Laure Duchet, 8 décembre 2018.